Présentation

Une fédération d'associations, réseau de solidarités associatives et professionnelles au service de l'enfant et de ses parents en difficulté.

Se fédérer est pour elles un plus par l'ouverture d'un espace de partage et d'enrichissements mutuels.


Télécharger notre plaquette en PDF

Texte Libre

"...le mépris, l’humiliation atteignent le lien social à un plan qui excède celui des droits;
il s’agit de l’estime sociale qui s’adresse à la valeur personnelle et à la capacité de poursuivre le bonheur selon sa conception de la vie bonne. Cette lutte pour l’estime a pour cadre les différents lieux de vie ; ainsi, dans l’entreprise la lutte pour conquérir, protéger son rang dans la hiérarchie d’autorité ; dans l’accès au logement, les relations de voisinage et de proximité et les multiples rencontres dont la vie quotidienne est tissée. Ce sont toujours les capacités personnelles qui demandent à être reconnues par autrui.
La question se pose alors de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la reconnaissance, ou s’il n’y a pas aussi à l’origine une sorte de bienveillance liée à la similitude d’homme à homme dans la grande famille humaine.
Nous en avons un soupçon dans l’insatisfaction où nous laisse la pratique de la lutte; la demande de reconnaissance qui s’y exprime est insatiable: quand serons-nous suffisamment reconnus ? Il y a dans cette quête une sorte de mauvais infini. Or, c’est aussi un fait que nous faisons l’expérience de reconnaissance effective sur un mode pacifié. Le modèle s’en trouve dans la pratique d’échange cérémoniel de dons dans les sociétés archaïques. Cet échange ritualisé ne se confond pas avec l’échange marchand consistant à acheter et à vendre en accord avec un contrat d’échange. La logique de l’échange de dons est une logique de réciprocité qui crée la mutualité; elle consiste dans l’appel «à rendre en retour» contenu dans l’acte de donner..."

Paul RICOEUR

Extrait de " Devenir capable, être reconnu " Publié dans la revue Esprit n° 7 juillet 2005

*************

L’homme et la mer

Homme libre, toujours tu chériras la mer !
La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame,
Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer.

Tu te plais à plonger au sein de ton image ;
Tu l’embrasses des yeux et des bras, et ton cœur
Se distrait quelquefois de sa propre rumeur
Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.

Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :
Homme, nul n’a sondé le fond de tes abîmes ;
Ô mer, nul ne connaît tes richesses intimes,
Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !

Et cependant voilà des siècles innombrables
Que vous vous combattez sans pitié ni remord,
Tellement vous aimez le carnage et la mort,
Ô lutteurs éternels, ô frères implacables !

Charles BAUDELAIRE

ACTUALITÉS

 

Juin 2015

Actualités du secteur


« Feuille de route 2015-2017 pour la protection de l'enfance »
Présentée par Laurence Rossignol

A l'occasion des 8èmes assises nationales de la protection de l'enfance, la secrétaire d'Etat chargée de la famille a présenté la version définitive de sa feuille de route pour la protection de l'enfance.
Couvrant la période 2015-2017, elle prend la forme d'un
plan d'action de 101 mesures, dont le calendrier de réalisation sera bientôt précisé. Une grande partie des actions de la feuille de route vont être mises en oeuvre via la proposition de loi "Meunier"relative à la protection de l'enfant, actuellement en discussion au Parlement.
Plusieurs leviers d'actions visent à mettre en oeuvre ces objectifs : l'amélioration de la gouvernance et de la formation des professionnels ainsi que le développement de la recherche et, enfin, la diffusion des savoirs et des expériences dans les pratiques professionnelles.?

La feuille de route prévoit de redéfinir le projet pour l'enfant, d'ajouter aux missions de l'aide sociale à l'enfance l'objectif de stabilité du parcours des enfants, de mettre en place une commission pluridisciplinaire et pluri-institutionnelle pour examiner les situations des enfants les plus vulnérables, de renforcer les équipes chargées de l'évaluation de l'information préoccupante, de favoriser le recours au tiers digne de confiance, de poursuivre l'accompagnement des jeunes majeurs au-delà de la mesure, de consolider le dispositif d'accueil et d'orientation des mineurs isolés étrangers ou encore de créer un conseil national de la protection de l'enfance.

Elle envisage de plus de mener une démarche de consensus sur les besoins fondamentaux de l'enfant, de favoriser la généralisation du projet pour l'enfant via un référentiel commun et la participation des enfants aux projets qui les concernent, de préciser, par décret, les conditions d'évaluation de l'information préoccupante, de mieux prendre en compte les besoins spécifiques des enfants en situation de handicap, de préciser les modalités de mise en oeuvre des visites médiatisées, de clarifier les modalités de contrôle des établissements et services de la protection de l'enfance ou encore de renforcer la place de la protection de l'enfance dans les programmes de formation des différents professionnels travaillant auprès des enfants.

La télécharger :
http://www.social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Feuille_de_route_protection_de_l_enfance_2015-2017-2.pdf

Source : ASH

*******

« 128 recommandations pour les droits des enfants »
du défenseur des droits

« Des progrès ont certes été réalisés dans différents domaines des droits de l'enfant (handicap, protection de l'enfance, refondation de l'école, plans contre l'autisme, etc.), "mais ils sont encore trop peu nombreux", déplore le défenseur des droits dans son rapport sur la mise en oeuvre par la France de la Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE) remis, lundi 8 juin, au Comité des droits de l'enfant de l'ONU.

Tout d’abord, il perdure une méconnaissance globale de la CIDE qui entraîne des difficultés récurrentes d'accès aux droits pour les enfants les plus vulnérables.

Le défenseur s'inquiète de l'augmentation constante du nombre d'enfants pauvres et demande donc au gouvernement "defaire de la lutte contre la pauvreté des enfants une priorité nationale".

Il relève aussi que, huit ans après son adoption, la loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l'enfance "peine encore à se mettre en oeuvre de façon homogène sur l'ensemble du territoire national", et demande donc à ce qu'elle le soit de façon effective dans ses trois volets (prévention, dispositif d'alerte et diversification des modes d'intervention).

Il réclame, à nouveau, l'élaboration d'un projet pour l'enfant dans chaque départementet souhaite que le cadre juridique et financier des placements chez les tiers dignes de confiance soit reprécisé.

Autre requête : assurer des formations continues en matière de protection contre la maltraitance auprès des différents professionnels, "avec un effort particulier s'agissant des cadres des services d'aide sociale à l'enfance et associatifs".?

D’autres recommandations sont émises comme l'inscription dans la loi de l'interdiction du placement en zone d'attente ou en rétention administrative des enfants migrants et l'interdiction d'utiliser les tests d'âge osseux pour les mineurs isolés étrangers ; la suppression des tribunaux correctionnels pour mineurs… »

Ce rapport au comité des droits de l'enfant des Nations Unies est à télécharger sur le site du défenseur des droits : http://www.defenseurdesdroits.fr

Source : ASH

Sur le même sujet, on lira aussi le rapport alternatif de l’Unicef France :

http://www.unicef.fr/contenu/actualite-humanitaire-unicef/2015/06/09/diagnostic-severe-des-droits-de-lenfant-en-france-23258f

*******

En bref :

Des associations et le défenseur des droits alertent sur l’enfermement des mineurs :« Les associations alertent sur des cas récents de très jeunes enfants placés en zone d'attente, sans leurs parents, ou en centre de rétention administrative. Des mesures de privation de liberté dont elles ne cessent de réclamer la suppression, notamment par la voix de l'Observatoire de l'enfermement des étrangers, au nom des principes protégés par les textes internationaux. Le Réseau éducation sans frontière a ainsi saisi, le 8 juin, le défenseur des droits de la situation d'une petite fille ivoirienne âgée de trois ans et demi, retenue pendant cinq jours dans la zone d'attente de Roissy, avant d'être libérée par le juge des libertés et de la détention de Bobigny ». Selon une circulaire parue en juillet 2012, l'assignation à résidence des familles doit primer sur le placement en rétention... » ASH.

Le conseil supérieur du travail social doit reprendre sa réflexion sur la laïcité :
La question devient de plus en plus sensible dans le travail social, en particulier pour les établissements et services n’ayant pas une mission de service public mais une mission d’intérêt général avec « mandat » d’autorités publiques. A suivre donc…

La PJJ apporte de nouveaux repères :
Elle détaille les modalités d’absence des mineurs placés et les conséquences de leur non respect.
Une note d’instruction définit le cadre règlementaire des séjours éducatifs organisés.

Le droit et les modalités d’accueil des mineurs étrangers :
Un sujet toujours délicat et plusieurs expériences innovantes relatées dans la presse spécialisée, en particulier concernant l’ADAPT 13.

Du coté de l’UNIOPSS :

Patrick Doutreligne, nouveau président de l’Uniopss :

« Patrick Doutreligne a été élu à l’unanimité président de l’Uniopss, lors du conseil d’administration exceptionnel qui a suivi l’Assemblée générale de l’Union, le 5 juin. Il succède à Dominique Balmary qui assurait la présidence du mouvement depuis novembre 2007 et dont le mandat était arrivé à terme.
Né en 1953, Patrick Doutreligne est titulaire d’un DESS de responsable de politiques sociale et éducative en milieu urbain, en sciences de l’éducation. Il a commencé sa carrière en 1974 comme éducateur spécialisé avant d’assumer des postes de direction. Dans les années 90, il est conseiller technique à l’Uriopss Nord-Pas-de-Calais puis à l’Uniopss, sur les champs de la lutte contre les exclusions, les politiques de la ville et les politiques du logement. De 1997 à 1999, il est conseiller technique au cabinet du Secrétaire d’Etat au logement, Louis Besson, avant d’être nommé Secrétaire général du Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées auprès du Président Xavier Emmanuelli. En 2001, il rejoint la Fondation Abbé Pierre, d’abord comme Adjoint au Délégué général puis comme Délégué général, fonction qu’il exerce jusqu’en 2015. Il est l’auteur de nombreux articles et publications, dont « Le logement des personnes défavorisées » (Ed ASH 2000).
Elu pour deux ans (renouvelables) à la présidence de l’Uniopss, Patrick Doutreligne mettra ses compétences, son expérience et ses convictions au service du projet de l’Uniopss, qui, dans un monde en mutation, où la cohésion sociale est plus que jamais un enjeu majeur, porte la voix collective des associations de solidarité engagées aux côtés des personnes vulnérables et fragiles. « Nous avons une mission de représentation, de défense et soutien du monde associatif, en particulier dans une période où les finances publiques se raréfient, et, où toute une inspiration politique remet en cause les principes de solidarité », a-t-il souligné lors de la présentation de sa candidature à l’Uniopss le 5 juin ».
Extraits du Communiqué de presse du 05/06/2015

L’accueil de jeunes en service civique :

« L’Uniopss a signé avec l’agence du service civique une convention par laquelle tous ses adhérents sont automatiquement agréés pour l’accueil de jeunes en service civique et nous informera prochainement plus précisément des modalités d’accueil ».
Télécharger la convention

Juin 2015

A propos :


Nous présentions en décembre 2014 un dossier sur l’expression et la participation des usagers (page 6 du site).

Ce thème, vous allez le constater avec les informations qui suivent, est au coeur des réflexions actuelles.

Il y a toujours à travailler sur « le droit du plus fort », « l’étranger à soi-même », « l’insu de la violence « en creux » », « la caisse de résonnance institutionnelle », « le déni au nom du bien pensé », « la mise sous silence de l’autre », « le parler à la place »… pour rendre possible une expression authentique des personnes accompagnées…Revisitons Pierre BOURDIEU, Vincent DE GAULEJAC, ATD Quart Monde… 

« La participation des usagers se heurte à la « culture du placement »

L'Observatoire national de l'enfance en danger (Oned) présentait vendredi 29 mai 2015, les résultats d'une recherche «Participation des "usagers" et transformation des pratiques professionnelles des acteurs de la protection de l'enfance », réalisée dans l'objectif d'évaluer la réalité de cette participation. Le bilan est extrêmement mitigé : si on assiste à un changement de mentalité des travailleurs sociaux, les conditions d'un exercice effectif sont encore très fragiles.

Trier les actualités :