Présentation

Une fédération d'associations, réseau de solidarités associatives et professionnelles au service de l'enfant et de ses parents en difficulté.

Se fédérer est pour elles un plus par l'ouverture d'un espace de partage et d'enrichissements mutuels.


Télécharger notre plaquette en PDF

Texte Libre

"...le mépris, l’humiliation atteignent le lien social à un plan qui excède celui des droits;
il s’agit de l’estime sociale qui s’adresse à la valeur personnelle et à la capacité de poursuivre le bonheur selon sa conception de la vie bonne. Cette lutte pour l’estime a pour cadre les différents lieux de vie ; ainsi, dans l’entreprise la lutte pour conquérir, protéger son rang dans la hiérarchie d’autorité ; dans l’accès au logement, les relations de voisinage et de proximité et les multiples rencontres dont la vie quotidienne est tissée. Ce sont toujours les capacités personnelles qui demandent à être reconnues par autrui.
La question se pose alors de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la reconnaissance, ou s’il n’y a pas aussi à l’origine une sorte de bienveillance liée à la similitude d’homme à homme dans la grande famille humaine.
Nous en avons un soupçon dans l’insatisfaction où nous laisse la pratique de la lutte; la demande de reconnaissance qui s’y exprime est insatiable: quand serons-nous suffisamment reconnus ? Il y a dans cette quête une sorte de mauvais infini. Or, c’est aussi un fait que nous faisons l’expérience de reconnaissance effective sur un mode pacifié. Le modèle s’en trouve dans la pratique d’échange cérémoniel de dons dans les sociétés archaïques. Cet échange ritualisé ne se confond pas avec l’échange marchand consistant à acheter et à vendre en accord avec un contrat d’échange. La logique de l’échange de dons est une logique de réciprocité qui crée la mutualité; elle consiste dans l’appel «à rendre en retour» contenu dans l’acte de donner..."

Paul RICOEUR

Extrait de " Devenir capable, être reconnu " Publié dans la revue Esprit n° 7 juillet 2005

*************

L’homme et la mer

Homme libre, toujours tu chériras la mer !
La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame,
Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer.

Tu te plais à plonger au sein de ton image ;
Tu l’embrasses des yeux et des bras, et ton cœur
Se distrait quelquefois de sa propre rumeur
Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.

Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :
Homme, nul n’a sondé le fond de tes abîmes ;
Ô mer, nul ne connaît tes richesses intimes,
Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !

Et cependant voilà des siècles innombrables
Que vous vous combattez sans pitié ni remord,
Tellement vous aimez le carnage et la mort,
Ô lutteurs éternels, ô frères implacables !

Charles BAUDELAIRE

ACTUALITÉS

 

Juin 2015

Colloques / journée d'études


"L’expression et la participation
des personnes accompagnées et de leur proches
"

La journée d’étude annuelle fédérale (ouverte aux collègues extérieurs) aura lieu le vendredi 6 novembre 2015 à Ste Foy Les Lyons sur le thème de l’expression et de la participation des personnes accompagnées et de leurs proches avec des interventions de Roland JANVIER et Yves MATHO.

Le programme paraitra courant septembre, retenez cette date !

******

AVEC LES « USAGERS » 

Inventer des pratiques plus démocratiques : former, réorganiser, coordonner…

« Dans le cadre des 60 ans des ASH, les équipes du journal ont le plaisir de vous proposer le jeudi 12 novembre un colloque sur le thème des «  USAGERS».

S’il est une évolution majeure dans le secteur de l’action sociale et médico-sociale, c’est bien l’émergence de la figure des «  usagers » - une appellation d’ailleurs débattue. Non seulement, tout un mouvement législatif et réglementaire depuis la loi du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale reconnaît leur droit à la participation, mais les personnes concernées entendent bien aussi  faire valoir leur expertise et  s’organisent en ce sens. Pourtant, malgré ces évolutions,  l’action sociale reste encore largement assistancielle et enfermée dans une logique de dispositifs. 

Comment dès lors inventer des pratiques d’intervention sociale plus démocratiques, qui ne s’attachent pas aux défaillances supposées des personnes accompagnées mais à leurs ressources et à leurs aspirations ? Comment penser la participation des «  usagers » dans une dimension non pas instrumentale et technique, mais politique ?

Cet enjeu invite à un changement de posture radical du travail social. Il interroge en premier lieu la formation initiale et continue des professionnels, mais aussi l’organisation des services et la coordination des interventions à l’échelle du territoire. C’est à tous les échelons de l’action sociale qu’il faut diffuser une « culture participative ».

Alors que le gouvernement prépare un plan d’action pour la reconnaissance et la valorisation du travail social pour l’automne, ce colloque, organisé à l’occasion des 60 ans des ASH, vise à examiner les pistes de rénovation des pratiques en croisant des analyses d’experts et des initiatives de terrain initiées par des formateurs, des élus, des usagers, des travailleurs sociaux et/ou des associations .

Pour prendre obtenir les informations détaillées : http://60ans.ash.tm.fr

******

« Parentalités, compétences familiales, co-éducation »
Le dialogue obligé

Colloque les 26 et 27 novembre 2015 à Paris.

Des intervenants de grande qualité pour ce colloque co-réalisé par l’ANDESI et FRACTALE :
Plénières :
Irène THÉRY, Saul KARSZ, Évelyne GRANGE SÉGÉRAL, Christian PÉTEL
Ateliers :
Pilar ARCELLA-GIRAUX, Francis BATIFOULIER, Christophe BEAU, Marie-Thérèse GRAVELEAU, Faïza GUELAMINE, Isabelle JOLY, Karima MAHI, Isabelle MERY, Pierre MICHARD, Michel PLASSART, Isabelle SAUSSEZ, Catherine SELLENET, Patrick SIBI, Fatima TOUHAMI

« S’appuyant sur les constats et analyses établis, ce colloque se propose de développer réflexions et échanges sur ce qui peut faire ressource quand trouble, incertitude, voire conflictualité des relations et des pratiques affectent la confiance nécessaire.
En cherchant à contextualiser les difficultés rencontrées, ces journées seront l’occasion de dégager des réponses opératoires pour les divers champs de l’éducation.

Objectifs de ces journées :
Accompagner parents comme professionnels, évitant isolement et opposition, favorisant partage des savoirs et de l’éducation.
S
outenir chacun dans son engagement et son implication.

Reconnaître tant les difficultés que les ressources à ne renoncer ni aux évolutions, ni aux progrès, ni aux efforts à s’entendre et à se comprendre.
Valider les compétences et les champs de responsabilité, pour développer collaboration et complémentarités. »

Télécharger le programme et le bulletin d’inscription

Source :  ANDESI

******

« Le fait religieux et la laïcité dans les MECS
et les services de la protection de l’enfance »

Journée d’information et d’échange - mercredi 1er juillet 2015 – La Baume Les Aix.

« En juillet 2014, l’Uriopss avait pris l’initiative de mettre en place un groupe de travail composé de directeurs d’associations adhérentes intervenant dans le champ de la protection de l’enfance et d’experts pour réfléchir sur le thème du fait religieux et de la laïcité dans les MECS et les services de protection de l’enfance. Un an après, il lui est apparu utile de présenter les résultats de ses travaux dans le cadre d’une journée d’information, d’échanges et de partager ses analyses avec l’ensemble du secteur adhérent de la protection de l’enfance.
Cette rencontre bénéficiera des éclairages de spécialistes : philosophe, historien, anthropologue des religions, docteur en droit pour mieux comprendre les origines de la laïcité en France et les aspects réglementaires applicables dans les MECS - ainsi que de l’expertise des membres du groupe de travail.
Par l’organisation de cette journée, l’Uriopss souhaite également mettre en exergue la capacité de son réseau d’adhérents à travailler et à produire ensemble et tient à remercier les membres du groupe de travail pour leur implication et contribution aux travaux qu’ils vous proposent de mettre en débat ».

Télécharger le programme

******

« Nouveaux visages de la famille : comment repenser les services de demain »

Le mardi 7 juillet 2015 au Centre Jean Bosco - Lyon 5ème

« Cette journée d’étude s’inscrit dans un cycle de journées organisées par l’Uriopss RA en 2015 autour de l’évolution et des attentes de la Famille, que ses membres soient personnes accueillies ou salariées des établissements et services.
Comment la famille est-elle associée aux projets de développement des établissements et services, quelle est sa place et son rôle dans leur vie quotidienne ? Comment les associations sont-elles aujourd’hui en mesure de construire les réponses adaptées aux enjeux des diversités des situations familiales : conciliation entre la posture professionnelle et celle d’aidant, précarisation et paupérisation, recherche d’autonomie des publics fragiles, isolement…
Cette journée s’adresse particulièrement aux secteurs de l’enfance handicapée et de la protection de l’enfance d’une part, et aux secteurs des adultes handicapés et des personnes âgées d’autre part, avec des temps en carrefours permettant de valoriser des expériences en région Rhône-Alpes ».

=> programme complet ICI

=>inscription  ICI

Juin 2015

Parutions


« La protection de l'enfance : la parole des enfants et des parents »

Merci pour ce concours majeur à la valorisation possible de la parole des personnes accompagnées en protection de l’enfance, qui permet une compréhension aidante à destination des professionnels.

Ouvrage écrit sous la direction de Carl Lacharité, Catherine Sellenet, Claire Chamberland.
Éd Presses de l'Université du Québec (PUQ). Juin 2015.

Note de l’éditeur :

« 
Ne parle pas qui veut ni qui peut, mais souvent celui qui est désigné par l’institution pour le faire. Dans le contexte de la protection de l’enfance, la parole des enfants et des parents est rarement entendue, et les marges d’action qui en découlent sont souvent réduites. Rendre audibles ces voix oubliées, tel est l’objectif central de cet ouvrage. Ce sont en effet sur celles-ci que se sont appuyés les auteurs pour repérer les enjeux de la recherche et de la pratique en protection de l’enfance. Conscients qu’ils peuvent eux aussi, à leur corps défendant, participer à la domination qu’ils dénoncent, ils ne négligent pas de s’interroger sur leurs propres pratiques de chercheur, sur leurs capacités ou incapacités à rendre compte d’un univers vécu qui n’est pas le leur.
L’ouvrage présente ainsi les principaux défis soulevés par le recueil et la prise en compte de la parole des enfants et des parents qui gravitent dans l’orbite du dispositif de protection de l’enfance. Il comporte une série d’études mettant en relief l’enfant ou le jeune qui s’exprime sur lui-même et sa vie, de même que le point de vue des parents, autant ceux qui bénéficient des divers services en protection de l’enfance que ceux qui participent à cette protection en accueillant un enfant en danger. »

******

« 10ème rapport annuel de l'ONED »
Les schémas départementaux analysés

« Le 1er chapitre est consacré à l'analyse des parties relatives à la protection de l'enfance des schémas départementaux d'organisation sociale et médico-sociale. L'objectif de cette étude est de présenter un état des lieux détaillé de la mise en place des schémas tout en exposant les pratiques et travaux des départements. Le second chapitre poursuit le travail d'estimation du nombre de mineurs et jeunes majeurs concernés par une mesure de protection de l'enfance et détaille les estimations au 31 décembre 2012 ».

Le télécharger : http://www.oned.gouv.fr/publications

Source : ONED

******

« Le syndrome d’épuisement professionnel ou Burn out »

Dans le cadre de la prévention des risques psycho-sociaux, ce guide bien fait peut être utile dans nos secteurs « sensibles ».

Publication de la DGT/INRS/ANACT mai 2015

Introduction :
« Dans la continuité des travaux sur la prévention des risques psychosociaux, la Direction générale du travail (DGT) a souhaité engager un travail sur la question du burnout en y associant notamment l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS), l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (Anact), des enseignants-chercheurs et experts de terrain accompagnant les entreprises sur le champ de la prévention et sécurité au travail.
Un groupe de travail pluridisciplinaire s’est vu ainsi confier la mission de clarifier ce que recouvre le burnout dans l’objectif de donner des recommandations à l’employeur, aux directions des ressources humaines, aux organisations syndicales et aux autres acteurs de l’entreprise, pour mieux prévenir ce syndrome d’épuisement professionnel.

Risques psychosociaux (RPS), stress, burnout… autant de mots qui circulent, amplifiés parfois par le porte-voix des médias, comme s’ils étaient la traduction d’un malaise ou d’un ressenti envers leur travail que des personnes ne savent pas toujours exprimer, comme si ces mots disaient à eux seuls tout ce qui n’avait pas été entendu ou compris jusque-là. Si derrière ces termes, il existe une diversité de situations vécues par des travailleurs, toutes sont à analyser au regard du travail, des conditions de son exercice et des multiples relations (relation client, relations entre collègues, relations avec la hiérarchie, etc.) qui se nouent et se dénouent en milieu professionnel. Discuter concrètement de ces sujets au travail demande de disposer d’un espace pour pouvoir le faire, mais aussi de mots dont le sens aura été partagé, d’un cadre bordant la discussion, fixant son sujet et sa finalité, d’interlocuteurs impliqués, d’un climat de confiance. Que la porte d’entrée soit les RPS hier, le syndrome d’épuisement professionnel aujourd’hui ou un autre vocable demain, l’important est donc de remettre le travail au cœur du débat, de s’intéresser dans un service, atelier, bureau, à ce que chaque travailleur, collaborateur, collègue accomplit au quotidien, pour pouvoir agir en prévention. S’il est important de bien circonscrire le burnout au sein du paysage des RPS, il ne s’agit pas pour autant de le considérer comme un épiphénomène distinct contre lequel l’entreprise ou toute structure publique ou privée ne pourrait rien. Bien au contraire, c’est en repérant et en agissant sur les facteurs de RPS que l’on prévient le burnout.
Dans ce dossier, le burnout sera donc examiné sous trois angles :
Que recouvre le terme de burnout ?
Quels sont les moyens et les actions collectives et individuelles qui peuvent être mis en œuvre pour le prévenir et agir sur ses facteurs de risque ?
Quelles recommandations peuvent être données pour réagir, collectivement et individuellement, face à un ou plusieurs cas de burnout ? »

Le télécharger

******

Au fil des revues :

«  Avocat d’enfants : un traducteur de la parole du jeune »
ASH du 12 juin 2015
« Accompagner les parents pour protéger l’enfant »
Lien social du 11 au 24 juin 2015 qui titre :
« Le travail social face à la violence »

 ******

Et quelques préférences :

Parce que l’on ne parle pas qu’avec les mots, et
que, ce qui « parle » d’où l’on vient, peut s’en passer :

Des résonnances, loyautés, proximités, sensibilités affiliées
aux vulnérabilités, en toute conscience et avec fierté, si bien illustrées
par quelques unes des grandes dames photographes de notre époque :

Sarah Moon :

 

Diane Arbus et Dorothea Lange :

 

****************

A très bientôt pour de nouvelles informations

Lydie SOCIAS, déléguée nationale à la conception et réalisation
Stéphanie JIMENEZ-ROUET, assistante/coordinatrice à la logistique

******************

Trier les actualités :