Présentation

Une fédération d'associations, réseau de solidarités associatives et professionnelles au service de l'enfant et de ses parents en difficulté.

Se fédérer est pour elles un plus par l'ouverture d'un espace de partage et d'enrichissements mutuels.


Télécharger notre plaquette en PDF

Texte Libre

"...le mépris, l’humiliation atteignent le lien social à un plan qui excède celui des droits;
il s’agit de l’estime sociale qui s’adresse à la valeur personnelle et à la capacité de poursuivre le bonheur selon sa conception de la vie bonne. Cette lutte pour l’estime a pour cadre les différents lieux de vie ; ainsi, dans l’entreprise la lutte pour conquérir, protéger son rang dans la hiérarchie d’autorité ; dans l’accès au logement, les relations de voisinage et de proximité et les multiples rencontres dont la vie quotidienne est tissée. Ce sont toujours les capacités personnelles qui demandent à être reconnues par autrui.
La question se pose alors de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la reconnaissance, ou s’il n’y a pas aussi à l’origine une sorte de bienveillance liée à la similitude d’homme à homme dans la grande famille humaine.
Nous en avons un soupçon dans l’insatisfaction où nous laisse la pratique de la lutte; la demande de reconnaissance qui s’y exprime est insatiable: quand serons-nous suffisamment reconnus ? Il y a dans cette quête une sorte de mauvais infini. Or, c’est aussi un fait que nous faisons l’expérience de reconnaissance effective sur un mode pacifié. Le modèle s’en trouve dans la pratique d’échange cérémoniel de dons dans les sociétés archaïques. Cet échange ritualisé ne se confond pas avec l’échange marchand consistant à acheter et à vendre en accord avec un contrat d’échange. La logique de l’échange de dons est une logique de réciprocité qui crée la mutualité; elle consiste dans l’appel «à rendre en retour» contenu dans l’acte de donner..."

Paul RICOEUR

Extrait de " Devenir capable, être reconnu " Publié dans la revue Esprit n° 7 juillet 2005

*************

L’homme et la mer

Homme libre, toujours tu chériras la mer !
La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame,
Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer.

Tu te plais à plonger au sein de ton image ;
Tu l’embrasses des yeux et des bras, et ton cœur
Se distrait quelquefois de sa propre rumeur
Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.

Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :
Homme, nul n’a sondé le fond de tes abîmes ;
Ô mer, nul ne connaît tes richesses intimes,
Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !

Et cependant voilà des siècles innombrables
Que vous vous combattez sans pitié ni remord,
Tellement vous aimez le carnage et la mort,
Ô lutteurs éternels, ô frères implacables !

Charles BAUDELAIRE

ACTUALITÉS

Janvier 2015

Dossiers


Dossier d’actualité :

« Les troubles dys » :

En parler pour trouver des repères car les enfants et jeunes des  dispositifs de Protection de l’Enfance sont parfois « sur soignés » avec des piluliers conséquents de médicaments ou parfois « sous soignés » en l’absence de diagnostics adaptés de leurs conduites, ce qui amplifie leurs troubles et déscolarisations.
Et puis, il faut se rendre à l’évidence : que sont vraiment ces « dys » ? Pourquoi foisonnent-ils aujourd’hui ? Comment être vigilant à repérer ces troubles sans sombrer dans une surenchère de diagnostics magiques qui figent toutes ressources « développementales » ?
La « voie du milieu » reste la juste position et nous rappelle que seule l’ouverture aux approches multifactorielles nous protège de la pensée unique toujours destinée à de sombres projets...

*****

Le guide CNSA sur les troubles « dys »

Ce guide officiel très récent vise à harmoniser les pratiques des MDPH et est assorti de fiches/repères utiles :

Un Guide d'appui pour l'élaboration de réponses aux besoins des personnes présentant des troubles spécifiques du langage, des praxies, de l'attention et des apprentissages, a été réalisé par la CNSA fin 2014. Il apporte de nombreuses informations sur la définition des troubles, les critères de compensation relatif à la MDPH, les spécialistes et ressources, une bibliographie….

Télécharger le guide

******


La nébuleuse des «dys»

Une bonne compilation :

Le cercle psy N°14 - sept/oct/nov 2014
En vente en kiosque ou sur site Internet

Éditorial :

« Le Big Bang des "dys" : La scène se déroule pendant le comité scientifique d’une association de psychologues.«Et si on essayait de faire un grand colloque sur les ‘‘dys’’ ? demande l’un d’eux.- Ah non! s’écrient les autres. Surtout pas! Les psys se déchirent bien assez à cause des dys, on n’arrivera jamais à les réunir pour discuter de ça! C’est un sujet trop chaud!- D’accord, d’accord, on va attendre quelques années…»
J’ai assisté à ce joli moment de vérité, et je me suis dit tout de suite que le Cercle Psy, lui, n’allait pas se gêner pour en parler…

Voici donc, dans ce numéro, un dossier consacré à la ribambelle des «dys»: dyslexie, dysphasie, dyscalculie, dyspraxie, dysgraphie, dysorthographie, et j’en passe. Autant de troubles induisant que si votre enfant rencontre des problèmes pour apprendre, c’est peut-être à cause de l’éducation qu’il reçoit en famille, de la pédagogie dont il fait l’objet en classe, mais c’est avant tout parce qu’il présente un trouble du développement d’origine neurologique et/ou génétique… et qu’il est donc handicapé. Le diagnostic n’est pas neutre!

Certains professionnels et parents ne veulent pas en entendre parler, d’autres voient des « dys » partout… Nous allons disséquer les « dys » avec distance, discipline et disponibilité sans discourtoisie, dissimulation ni distorsion, dissiper les doutes, et discuter si ces distinguos diagnostiques s’avèrent dispensables et méritent la disgrâce, s’il faut les disqualifier, discréditer, disloquer, dissoudre, disperser, qu’ils disparaissent tels des discours disproportionnés dignes de Disneyland, ou au contraire les disculper et les distiller à discrétion, que les psys en disposent sans dispute discontinue, dissidence dissonante ni discordance dissuasive et cessent de disjoncter. Vous voyez ça d’ici ».

******

Cogito’Z 

Centre de Diagnostic et de Prise en charge des Troubles des Apprentissages Scolaires

Le centre regroupe des neuropsychologues et psychologues diplômés et expérimentés qui proposent des consultations, diagnostics cliniques et accompagnements spécialisés.

Les troubles « dys » font partie des troubles des apprentissages scolaires mais n’oublions pas les autres troubles qui sont aussi ici traités (cf. enfants intellectuellement précoces…).

« Cogito’Z est le premier Centre en France de Diagnostic et de Prise en charge des Troubles des Apprentissages Scolaire

1. Évaluer
2. Comprendre
3. Agir

Crée en 2003 à Marseille par Jeanne Siaud-Facchin, Psychologue Praticienne, Cogito’Z est un centre privé indépendant et autonome. Il regroupe une équipe de psychologues spécialisés multidisciplinaires qui interviennent en complémentarité pour optimiser la prise en charge. Cogito’Z répond aux demandes actuelles des enfants et de leur famille face à la pression croissante de l’école dont les enjeux de réussite dépassent largement le cadre strict des apprentissages.
L’échec scolaire a de lourdes conséquences
pour l’avenir personnel et psychologique de l’enfant. Un problème scolaire est le premier signe par lequel l’enfant exprime sa souffrance.
Les difficultés sont toujours comprises et resituées dans une approche globale de l’enfant en intégrant le fonctionnement affectif. Cogito’Z fait bénéficier tout enfant d’un bilan complet afin de comprendre l’origine et la nature des difficultés et mettre en place, rapidement et efficacement, la prise en charge la mieux adaptée.
Les tests proposés permettent d’évaluer comment l’enfant pense, raisonne, se situe face aux apprentissages, comment il mémorise, quelles sont ses capacités d’attention, de concentration, quels sont ses points forts, ses points faibles. Un niveau d’intelligence générale sera dégagé (Q.I.). La personnalité de l’enfant, son équilibre psychologique, la gestion de ses émotions, la confiance qu’il a en lui-même, le stress qu’il peut ressentir face à certaines situations d’apprentissages,… seront également étudiés et complèteront la compréhension des difficultés.
Un objectif essentiel : comprendre l’origine des difficultés pour une aide adaptée et personnalisée ».

Cogito’Z : 
http://www.cogitoz.com

******

Des sites « ressources » sur les « dys » :

 

Avenir Dysphasie : http://www.dysphasie.org

***

DYSPRAXIQUE MAIS
FANTASTIQUE
FRANCE

 

Pour mieux connaitre la dyspraxie et venir en aide aux dyspraxiques : http://dyspraxie.info

***

Pour les troubles cognitifs : http://www.coridys.asso.fr

***

Les TDAH : http://www.tdah-france.fr

***

Et pour les « zèbres », c’est à dire les enfants intellectuellement précoces :

http://www.afep.asso.fr

http://www.anpeip.org

******


 

« Aider l'enfant en difficulté scolaire »

Des repères, des pistes, des conseils…

Jeanne Siaud-Facchin
Poche– 17 avril 2008

Note de l’éditeur :

« Ses résultats sont catastrophiques », « Il n’est pas motivé », « Il ne tient pas en place, son travail est toujours bâclé », « Il travaille du mieux qu’il peut, il s’applique et pourtant ses résultats sont mauvais »…
Troubles de l’attention, de la mémoire, du raisonnement, mal-être, manque de confiance en soi, problème affectif envahissant sont autant de causes possibles de l’échec scolaire. Pour aider efficacement l’enfant, il est essentiel de bien comprendre l’origine de ses difficultés d’apprentissage.
Quand s’inquiéter ? Quand consulter ? Quelle est la prise en charge adaptée ? Ce livre  propose des
conseils concrets pour agir efficacement. Pour permettre à l’enfant de retrouver le plaisir d’apprendre et de s’épanouir à l’école ».

Jeanne Siaud-Facchin : Auteure de nombreux ouvrages. Fondatrice et Directrice de Cogito’Z. Créé en 2003 à Marseille. Thérapeute en Méditation de pleine Conscience – Mindfulness. Créatrice du site ressource sur la méditation : Meditez.com. Présidente de l’association Zebra : Centre ressource pour les surdoués, enfants, adolescents, adultes : http://www.jeannesiaudfacchin.com

******

« La médicalisation de l'échec scolaire »

L’auteur pose bien le problème. Comment éviter une surenchère de diagnostics « décontextualisés » qui risque de créer de la confusion entre les problèmes psychologiques et sociaux et laisser les parents, éducateurs et enseignants dans un désarroi lié aux manques flagrants de réponses adaptées qui s’ensuivent ?

Stanislas Morel
La Dispute, Paris, 2014. 

Quatrième de couverture :

« Phobie scolaire, dyslexie, précocité intellectuelle, hyperactivité : les enseignants et les professionnels du soin sont aujourd'hui submergés par les demandes de traitement de « difficultés scolaires » imputées à un ensemble de plus en plus étendu de « troubles ». Comment expliquer cette manière de concevoir l'échec scolaire comme un problème strictement individuel et de nature psychologique ou médicale ?
Dans cette enquête, l’auteur, maître de conférences en sociologie, questionne la médicalisation de l'échec scolaire et montre pourquoi ces diagnostics et les traitements qui les accompagnent paraissent de plus en plus naturels. Il analyse la contribution respective des scientifiques et des professionnels du soin, des hauts fonctionnaires et des experts des questions scolaires, des familles et des associations de parents, de l'école et des enseignants, à la construction de cette prétendue évidence.
Cet ouvrage éclaire d'un nouveau jour les inégalités à l'école, et interroge la situation d'une institution en passe de perdre la main sur la résolution collective du problème de l'échec scolaire. »

Un article sur ce livre est paru dans les ASH du 9 janvier 2015.

************

Dossier d’actualité :

« Les troubles mentaux » :

Dans la même optique que pour les troubles « dys », il ne paraît pas inutile de se repérer dans les définitions des troubles actuels. Que l’on soit attaché aux repères psychanalytiques, par exemple, n’empêche pas de s’intéresser aux développements actuels et aux manifestations des troubles anxieux, dépressifs, bipolaires, addictifs, des bouffées délirantes… qui ne sont pas sans conséquences sur les « capacités et compétences » des enfants, des jeunes et de leurs familles.

« Comment se soigner ? Psychothérapies, mode d'emploi »

Revue Sciences Humaines - oct/nov 2014
En vente en kiosque ou sur site Internet

La revue présente  un panorama bien fait et clair des différents troubles (dont les dys ) et des différentes thérapies. Un document abordable qui peut permettre aux équipes de se repérer, ce dont elles semblent avoir grand besoin actuellement en raison de la montée en puissance de « troubles » psychiques manifestes, aussi bien chez les enfants et jeunes que chez leurs parents.
Mais attention :
Chercher des repères : Oui ; faire des diagnostics hâtifs « psychologisants » : Non

******

« Les maladies mentales de l’adulte »

Michel Godfryd
Panorama des troubles mentaux.
Collection "
Que sais-je ?"
Date de parution : 12/11/2014

Un ouvrage actualisé simple et bien conçu qui présente les troubles mentaux de l’adulte.
Cela peut aider les professionnels à mieux appréhender les troubles de certains parents afin de les soutenir de leur parentalité, sans confondre ce qu’ils ne « peuvent pas faire » et ce qu’ils ne « souhaitent pas faire ». La distinction de cette différence est la base d’un accompagnement sans « contamination » de représentations sur ce que doit être le « bon » parent…

Note de l’éditeur :
«
 Entre le modèle de la psychanalyse d’un côté, et une vision issue des neurosciences de l’autre, cet ouvrage choisit une position médiane. En d’autres termes, l’auteur maintient la classification traditionnelle des troubles mentaux en névroses et psychoses, tout en y incluant les références nécessaires concernant les classifications américaine (DSM-5) et internationale celle de l’Organisation mondiale de la santé, la CIM-10. Cette démarche a le mérite de reconnaître le fait pathologique sans méconnaître la dimension humaine de la personne ».

Trier les actualités :